Labenne/Seignosse

 

 

 

 

 

030T Landes en gare de Labenne (Photo Arnaud de Maigret - LVDR n°879 janvier 1963)

 

 

Les Chemins de fer du Born et du Marensin ouvrent cette ligne qui est la dernière du réseau à voir le jour le 1er février 1912. Elle est également très courte, moins de 17 km.

 

 

Ci-dessous, le tableau récap de l'historique de la ligne :
 

Récap_13

 

 

Le trafic de produits forestiers et la desserte de l'embranchement de la Briquetterie et Tuilerie de l'Aquitaine, à Soorts,  formaient l'essentiel de l'activité.

 

La lenteur de la desserte de 55mn à l'ouverture et jusqu'à 1h 20mn lors de la reprise du service voyageurs pendant la dernière guerre, ainsi que la proximité de l'agglomération bayonnaise provoquent sa fermeture le 1er mars 1957 au profit des services de cars.

 

 

Les gares de la ligne :

  • Labenne-Midi (km 0)
  • Labenne-Ville (km 1,0) arrêt facultatif
  • Capbreton (km 8,6)
  • Hossegor (km 11,0)
  • Soorts (km 14,0)
  • Seignosse (km 16,6)

 

 

Labenne-Seignosse / Carte de la ligne

 Labenne-Seignosse / Horaires 1936

 

 

Labenne_5

La gare de Labenne au début du XXè siècle avec la présence de la halle marchandises

 

 

Labenne_4

L'électrification est installée et un convoi marchandise stationne sur une voie annexe

 

 

La gare de Labenne-Midi, ici sur une carte postale ayant voyagé en juin 1937.

 

 

Toujours la même gare de Labenne dans les années 50, mais vue depuis le pignon nord sur lequel il a été rajouté Capbreton et Hossegor (CPSM-collection personnelle)

 

 

Labenne côté RN 10

 

 

Labenne-Gare

La gare de Labenne vue du ciel, au sud de l'agglomération

 

 

La voie des VFL quitte la gare et la ligne principale :
 

Labenne Ville_1

On aperçoit à peine, dans le coin inférieur gauche, la courbe qu'inscrit la voie en quittant la ligne principale pour venir couper la RN 10

 

 

Labenne Ville_2

On voit ici les barrières du PN sur la Nationale et la petite maison haute du garde-barrières. La ligne coupe ensuite un champ pour sortir de Labenne par la gauche

 

 

Capbreton_3

La 030T Landes n°2 à Capbreton dans les années 50 avec un train de voyageurs (Ph. Arnaud de Maigret). La ligne fermera en 1957.

 

 

Capbreton_4

Ici, un train de marchandises tracté par la 030T Landes n°9 aux environs de Capbreton (collection Marc Guyet)

 

 

 

Gare de Capbreton (Photo Michel Bézy - Connaissance du Rail n°21 mars 1982)

 

 

Une autre vue de la gare de Capbreton - Photo Christian Lacombe

 

 

Pont de Capbreton_2

En quittant Capbreton, le pont enjambant le Bouret permet d'entrer dans Hossegor

 

 

Le même pont vu de l'autre côté

 

 

Pont de Capbreton_1

Le pont ferroviaire est le second pont metallique, après celui réservé à la route. On remarque un train qui s'engage sur le tablier (collection Marc Guyet)

 

 

Approche de la gare d'Hossegor - Photo Christian Lacombe

 

 

Une vue aérienne de la gare d'Hossegor qui se trouve juste derrière le hangar au toit bleu. La voie est remplacée par une route

 

 

La ligne près d'Hossegor - Photo Christian Lacombe

 

 

Remise de Seignosse

On aperçoit la remise à loco de Seignosse sur cette CPSM couleur. La gare et les voies ne sont plus là depuis longtemps

 

 

Remise de Seignosse - Photo Christian Lacombe

 

 

Archéologie ferroviaire de la ligne (août 2009)
 
Merci à Yannick, un copain de longue date, qui m'a accompagné le jour de ce safari-photo

 

 

La gare SNCF de Labenne, sur la voie Dax/Bordeaux, station commune aux VFL jusqu'en 1957

 

 

La ligne des VFL démarrait sur la gauche après le quai. Un entrepôt commercial occupe désormais son emplacement

 

 

Quittant le bourg de Labenne, le tracé de la ligne passe par des quartiers où des lotissements résidentiels sont apparus

 

 

En sortant de l'agglomération, le chemin de voie s'est transformé en piste gravillonnée

 

 

La ligne est devenue piste cyclable en longeant la dune de la Pointe, à Capbreton, au lieu-dit 'le Pêche'

 

 

La voie entrait dans Capbreton par le sud ...

 

 

... avant d'arriver à la gare de cet ancien village de pêcheurs devenue une importante station balnéaire

 

 

La gare porte toujours son nom

 

 

Vue d'ensemble de la gare de Capbreton côté cour

 

 

En franchissant le Boudigau par ce pont devenu routier ...

 

 

... la ligne accède à Hossegor, écart de la commune de Soorts

 

 

La gare est étonnament présente, car isolée au milieu des parking et voies d'accès au centre d'Hossegor

 

 

La gare habitée vue du côté cour

 

 

Quittant Hossegor à travers ses villas cossues ...

 

 

... la voie regagne le bourg de Soorts

 

 

La gare restaurée arbore encore le cartouche avec le nom

 

 

Ici était le faisceau de voies de Soorts

 

 

Quittant Soorts par le nord, la ligne file vers Seignosse, son terminus

 

 

L'emplacement de la gare de Seignosse se trouvait derrière ce bâtiment. La gare a été rasée pour laisser place à des maisons

 

 

Poursuivre la visite :

Ligne Margaux/Sainte-Hélène

 

 

ou retour à l'accueil VFL
 

104 votes. Moyenne 4.03 sur 5.

Commentaires (6)

1. ALEX 29/10/2009

MERCI POUR CE TRAVAIL, CE SITE EST TRES BIEN FAIT ET EST UNE MINE D'INFORMATION POUR LES PASSIONNES.

2. ALEX 10/11/2009

bonjour, je désirerais obtenir quelques informations, si possible. il est écrit que le trafic marchandises reposait sur les produits forestiers (résine et poteaux de mine je suppose, bois sciés?) et la desserte de l'embranchement des tuileries d'Aquitaine. Peut-on en savoir plus sur les caractéristiques de cet embranchement? Comment était il desservi? wagons isolés insérés dans un Marchandise Voyageurs ou bien train complet? à quelle fréquence?
D'autre part l'ouvrage "hossegor autrefois, collection atlantica" fait référence à cette ligne. on y apprend que les convois étaient généralement composés de deux voitures à plateformes et de deux ou trois wagons de marchandises. il est precisé que ces wagons étaient chargés de poteaux de mine et de matériaux (pour la construction du littoral?). il est également mentionné que lors des jours d'affluence (estivants), il pouvait y avoir jusqu'à trois MV. enfin, les locaux donnaient le surnom de "machecul" à la douceur des ressorts des voitures, et de "lessiveuse" pour la locomotive.

3. VEAUMORIN 23/02/2011

Votre travail est fantastique.
Le père de ma mère, Mr DARBLADE Roger, travaillait à la SNCF.
Ses parents étaient originaires de Morcenx, et j'ai passé de nombreux étés d'enfance et même de jeune adolescent à regarder passer les trains près de Morcenx, ou il a passé sa retraite dans la maison familiale.
Votre site est très émouvant, et je vous félicite.

4. DUBOURDIEU Alain 28/04/2012

Une villa réutilise en partie les murs de la gare de Seignosse. Elle se trouve au bout de l'impasse de la Soleillade. Un oeil bien exercé peut reconnaître les murs utilisés, notamment le soubassement en pierre de la halle à marchandises. L'édicule WC - lampisterie est toujours debout à peine transformé. J'ai photographié le tout l'été dernier en compagnie d'un journaliste de la chaîne locale TVPI . je peux vous adresser ces photos.

5. pierre 01/01/2014

bonjour j'habite depuis peu l'ancienne gare de soorts, je n'ai pas trouver de photos sur votre site.
En possédez-vous? bravo pour votre travail

6. Duprat 25/03/2016

J'ai bien connu la ligne Labenne-capbreton, car petit je venais passer mes vacances au camping Labarthe de Capbreton, camping qui longeait la voie ferrée. Nous venions en vacances chaque année à cet endroit, car mon père (Charly) avait lui même vécu une partie de son enfance à labenne, car son père, mon grand père donc , qui s'appelait Jules Duprat a été chef dela gare de labenne pendant l'occupation;

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×